Loading
"Je passerai ma vie à regarder l’Océan de l’Art"...
Extraits d'une lettre de Gustave Flaubert à Louise Collet (7 octobre 1846)
(...)
" Pami les marins, il y en a qui découvrent des mondes, qui ajoutent des terres à la terre, des étoiles aux étoiles. Ceux-là sont les maîtres, les grands, les éternellement beaux. D'autres lancent la terreur par les sabords de leurs navires, capturent, s'enrichissent et s'engraissent. Il y en a qui vont chercher de l'or et de la soie sous d'autres cieux. D'autres seulement tâchent d'attraper dans leurs filets des saumons pour les gourmets et de la morue pour les pauvres.
Moi, je suis l'obscur et patient pêcheur de perles, qui plonge dans les bas-fonds et qui revient les mains vides et la face bleuie. Une attraction fatale m'attire dans les abimes de la pensée, au fond de ces goufres intérieurs qui ne tarissent jamais pour les forts. Je passerai ma vie à regarder l'Océan de l'Art où les autres naviguent ou combattent, et je m'amuserai parfois à aller chercher au fond de l'eau des coquilles vertes ou jaunes dont personne ne voudra ; aussi je les garderai pour moi seul."

8 comments

Pat Del said:

Les lettres de Flaubert n'étaient pas destinées à être publiées.
Cette prise de recul, qui transparaît dans le présent extrait, exprime à mon avis ses doutes quant à l'appréciation de ses ouvrages.
Une forme d'auto-dérision, en somme ...
3 years ago ( translate )

Rosemma said:

Flaubert fut l'un des plus grands romanciers du 19ème. siècle. J'ai particulièrement apprécié ses oeuvres les plus brillantes telles que 'Madame Bovary', 'L'Education Sentimentale', 'Trois Contes', 'Salammbô...

Qui était Louise Collet à qui s'adressait la lettre, dont tu publies un extrait très caractéristique de son style ?
3 years ago ( translate )

Pat Del said:

Poétesse et femme de lettres, Louise Collet fut récompensée en 1835 par l'Académie Française. Son salon littéraire parisien lui permit de rencontrer des poètes, tels que Victor Hugo, Alfred de Musset, Alfred de Vigny, Charles Baudelaire, ainsi que des peintres et des politiciens.
En 1846, elle fit la connaissance de Gustave Flaubert dans l'atelier du peintre James Pradier. Il était alors âgé de 25 ans, elle de 30 ; ils furent un temps amants.
C'est Louise Collet qui inspira "Madame Bovary". A cette occasion, Flaubert engagea avec elle une abondante correspondance.
3 years ago ( translate )

Pat Del replied to Pat Del:

A propos de son roman 'Madame Bovary', le perfectionniste Flaubert confie à Louise Collet :
(..) " Que ma Bovary m'embête ! Je commence à m'y débrouiller pourtant un peu. Je n'ai jamais de ma vie rien écrit de plus difficile que ce que je fais maintenant. Cette scène d'auberge peut me demander trois mois, je n'en sais rien. J'en ai envie de pleurer par moments tant je sens mon impuissance.Mais je crèverai plutôt dessus que de l'escamoter " (...)
[lettre du 19 septembre 1852]
3 years ago ( translate )

Rosemma said:

Louise Collet était donc, en quelque sorte la muse de Flaubert ?
3 years ago ( translate )

Pat Del said:

Débordante d'énergie, animée d'une rage de vivre toujours inassouvie, la "belle madame Collet" fut l'une des figures de proue de la scène littéraire parisienne du XIXe siècle.

Elle fut un temps 'la Muse', la confidente, l'égérie, parfois l'inspiratrice de Gustave Flaubert.
Mais elle assuma aussi ce rôle pour d'autres amants, notamment Victor Cousin, Alfred de Musset, Alfred de Vigny.
3 years ago ( translate )

Rosemma said:

A-t-on édité les lettres que Louise Collet adressait à Gustave Flaubert ?
2 years ago ( translate )

Pat Del said:

La liaison de Louise Collet et Gustave Flaubert dura 8 ans, mais avec plusieurs longues interruptions et surtout beaucoup de distance. Cet amour compliqué a enfanté une correspondance très abondante. On ne peut malheureusement lire que les lettres de Gustave, qui de son côté, sans doute par crainte du jugement de la postérité, a brûlé en 1879 toutes celles de Louise et de quelques autres.
2 years ago ( translate )